Dispositif d’aide exceptionnelle pour la lavande : une éclaircie ?

Symbole de la Provence, le secteur de la lavande connaît pourtant des difficultés. Entre surproduction, concurrence d’autres pays producteurs, crises sanitaire et climatique et, depuis plus d’un an, guerre en Ukraine, le Gouvernement a mis en place un fonds pour venir en aide aux producteurs d’huiles essentielles de lavande ou de lavandin. Focus.

9 M€ pour soutenir les producteurs d’huiles essentielles

Le Gouvernement a décidé de mobiliser une enveloppe de 9 M€ afin de prendre en charge une partie des pertes économiques de la filière « lavande », déjà fragilisée, dues à la guerre en Ukraine.

Pour bénéficier de cette aide, plusieurs conditions doivent être remplies. Il faut :

  • être un exploitant agricole, un groupement agricole d’exploitation en commun (GAEC), une exploitation agricole à responsabilité limitée (EARL), ou une autre personne morale (petites et moyennes entreprises) ayant pour objet l’exploitation agricole ;
  • avoir une activité de production de lavande ou de lavandin en France ;
  • être immatriculé au répertoire SIRENE de l’INSEE et disposer d’un numéro SIRET actif au moment du dépôt de la demande d’aide et au jour du paiement ;
  • avoir une moyenne de chiffre d’affaires (CA) sur les ventes d’huiles essentielles de lavande et de lavandin des exercices comptables clôturés incluant respectivement les récoltes de 2018 et 2019 supérieure ou égale à 40 % par rapport à la moyenne du CA de l’exploitation sur la même période, justifiée par une attestation comptable ;
  • avoir un CA sur les ventes d’huiles essentielles de lavande et de lavandin de l’exercice comptable clôturé incluant la récolte 2022 supérieur à 0 ;
  • sur l’exercice comptable clôturé incluant la récolte 2022, avoir subi des pertes de CA sur les ventes d’huiles essentielles de lavande et lavandin supérieures ou égales à 30 % par rapport à la moyenne des exercices comptables clôturés incluant les récoltes de 2018 et 2019.

Notez que certaines de ces conditions sont aménagées pour les exploitants récemment installés et ne pouvant, de fait, pas fournir d’élément comptable pour 2018 et 2019.

Concrètement, pourront être indemnisées les pertes d’excèdent brut d’exploitation (EBE), obtenues en soustrayant à l’EBE de référence celui de 2022.

L’assiette de l’aide correspondra à 80 % de ce résultat.

Le montant de l’aide sera au minimum de 1 000 €. Si le montant éligible n’atteint pas ce minimum, aucune aide ne sera versée.

L’aide est plafonnée à 20 000 € par exploitation et à 40 000 € pour les GAEC.

Les demandes d’aides devront être déposées sur la Plateforme d’Acquisition de Données de FranceAgriMer, accessible ici, avant le 28 juillet 2023.

Pour avoir le détail des pièces justificatives et connaître les modalités de dépôt de demande, référez-vous à la notice officielle, disponible ici.

Dispositif d’aide exceptionnelle pour la lavande : une éclaircie ? – © Copyright WebLex

Partager cet article
Inscrivez vous à la newsletter
Restez informé à chaque instant
Découvrez nos derniers articles
Actualités

Contrôle des demandes de remboursement de TVA : sur place ?

Dans certaines situations, une entreprise peut demander à l’administration fiscale le remboursement de la TVA qu’elle n’a pas pu déduire. Dans ce cadre, l’administration est autorisée à se rendre dans les locaux de l’entreprise pour instruire cette demande. Explications.

Lire plus »
Actualités

Acceptation tacite de la succession : une menace pour les soignants ?

Lors du décès d’un proche, les héritiers ont le choix d’exprimer leur volonté d’accepter ou non la succession. Mais certaines de leurs actions peuvent également entrainer une acceptation tacite de la succession. Une possibilité qui peut mettre dans l’embarras certains soignants accompagnant des patients en fin de vie…

Lire plus »
Actualités

Avocat : une collaboration libérale qui tourne court…

Un cabinet d’avocats conclu un contrat de collaboration libérale avec une avocate prévoyant une période d’essai de 3 mois. Alors qu’elle est en arrêt maladie, le cabinet lui notifie la rupture de cette période d’essai, ce qui est impossible, selon elle. A-t-elle raison ?

Lire plus »