Fermeture de l'entreprise : des congés payés imposés ?

Après avoir informé et consulté le CSE en février, un employeur envisage de fermer l’entreprise pendant 4 semaines cet été. Il en informe les salariés qui, par conséquent, devront tous poser leurs congés payés pendant cette période.

Ce que l’un d’eux conteste : il ne souhaitait poser que 2 semaines de vacances !

Il s’interroge : l’employeur peut-il obliger tous les salariés de l’entreprise à poser 4 semaines de congés payés pendant la fermeture de l’entreprise prévue cet été ?

La bonne réponse est…
Oui

À défaut d’accord d’entreprise, l’employeur peut tout à fait fermer tout ou partie de l’entreprise pendant une période qui ne peut pas excéder 24 jours ouvrables (soit 4 semaines continues).

L’employeur ne pourra toutefois fermer l’entreprise qu’après avoir :

  • informé et consulté le CSE sur le projet de fermeture de l’entreprise au moins 2 mois avant ;
  • informé individuellement chaque salarié des dates de cette fermeture au moins 1 mois avant.

En l’absence de CSE, l’information de chaque salarié demeure obligatoire et peut se faire par voie d’affichage ou par mail envoyé à l’ensemble des salariés.

Le salarié peut toujours contester cette décision s’il le souhaite mais l’employeur, tout en respectant la procédure précitée, reste malgré tout libre de l’imposer unilatéralement.

Partager cet article
Inscrivez vous à la newsletter
Restez informé à chaque instant
Découvrez nos derniers articles
Actualités

Pour une IA innovante et respectueuse de la vie privée ?

Pour la deuxième fois, la CNIL ouvre une consultation auprès de tous les acteurs concernés par l’utilisation de l’intelligence artificielle (IA). L’objectif ? Répondre efficacement aux questions posées par le développement de l’IA sur la protection des données personnelles…

Lire plus »
Actualités

Résolution d’une vente immobilière pour défaut de paiement du prix : des droits d’enregistrement remboursables ?

Une société achète un bien immobilier qui fait l’objet, le jour même d’un incendie. Parce qu’elle n’a même pas payé le prix de vente, elle s’entend avec le vendeur pour annuler la vente à l’amiable et demande à l’administration le remboursement des droits d’enregistrement indûment payés. Refus de l’administration : pourquoi ?

Lire plus »